"Impossible n'est pas français"


29 Aug

"Impossible n'est pas français." C'est Napoléon qui l'a dit - et ce sont les entreprises du bâtiment d'Escrime ParisNord qui l'ont prouvé… Dans un délai extrêmement court, ils ont réussi à faire un travail énorme qui semblait impossible à terminer dans huit semaines. Malgré le planning serré, le tout s’est passé avec le sourire, la bonne humeur et une envie manifeste de bien faire et de terminer à temps.
La mention spéciale est pour la seule femme sur le chantier. Shousnifray Saricoban, mère de deux enfants de huit et neuf ans, fait partie de l’équipe en charge de l'électricité.
« Je travaille sur les chantiers parce que j'aime travailler sur les chantiers. C’est si simple que ça », dit la jeune femme de 33 ans avec un grand sourire. Après un BAC Pro et une première expérience dans une entreprise industrielle, elle découvre le commercial dans l'immobilier - et se tourne après quelques années « sans regret » vers le bâtiment. « Ici, je touche à tous les corps de métier et fais tous les jours un autre travail. C'est ça qui me plaît », dit la jeune femme qui s'est vite fait respecter dans le monde très masculin du bâtiment.
C'est donc Shousnifray Saricoban qui a eu l'honneur symbolique de fixer la plaquette d'Escrime ParisNord à l'entrée de l'immeuble du 64 rue Hermel : "La dernière pierre de cet édifice est donc féminine", dit-elle amusée.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.